vendredi 23 septembre 2016

La conjugaison II : introduction et notion de groupes

Dans le blog 3-6 ans, vous avez vu comment nous montrons tôt la notion de verbe et renforçons l'imprégnation linguistique par les petits verbes rouges.
Lorsque l'enfant est devenu un lecteur autonome, qu'il a déjà un peu avancé dans l'étude du nom (le masculin et le féminin, le singulier et le pluriel) et qu'il a acquis au moins la notion de sujet (sous la forme de de question "qui est-ce qui?" au minimum), nous pouvons démarrer l'entrée dans la conjugaison proprement dite.

Pour cela, il faudra d'abord faire prendre conscience de l'extrême polymorphisme du verbe et de la nécessité d'utiliser une forme particulière pour en parler: l'infinitif.

Pour cela, une présentation avec plusieurs enfants sera très intéressante, sinon, l'enfant travaillera un peu plus. Il s'agit de préparer plusieurs phrases dans lesquelles nous utiliserons toujours le même verbe mais avec des sujets très variés et à des temps différents (à noter, il faut rester dans les temps simples, pas de temps composés).
Pour un seul enfant, on fera au moins 3 phrases, comme celles-ci:


Nous demandons à l'enfant d'identifier le mot qui indique ce que l'on fait dans ces phrases: "mange", "mangerons", "mangeait".

Nous demandons ensuite à l'enfant si ces  mots indiquent la même action ou des actions différentes. L'enfant répondra normalement que c'est la même action.
S'il dit que ce sont des actions différentes, il le justifiera généralement en disant que dans la première phrase on mange une glace, dans la deuxième une dinde et dans la troisième des rutabagas. Nous lui expliquerons alors que ce qui est différent, c'est ce qu'ils mangent mais pas leur action qui reste la même.
L'enfant dira sûrement à ce moment là que l'action est celle de "manger".

Pour aller un peu plus loin, nous demanderons à l'enfant de dire qui fait l'action dans chacune des phrases. Ainsi, nous ferons émerger l'idée que ce mot prend des formes différentes car ce ne sont pas les mêmes personnes qui font l'action. "Le verbe change en fonction de la personne." Cette phrase sera juste prononcée, nous reviendra à la notion de personne un peu plus en détail plus tard.

Nous demandons enfin à l'enfant de nous dire à quel moment se passe l'action indiquée par le verbe. dans la première, il dira que ça se passe maintenant et nous pourrons préciser: "Oui, cette action se passe dans le présent." Pour la 2ème, l'enfant dira certainement que l'action n'a pas encore eu lieu, se fera à Noël... nous dirons que "l'action aura lieu dans le futur" et pour la 3ème, il dira que l'action est finie, s'est déjà passée... nous dirons que "l'action a eu lieu dans le passé".
Là encore, nous n'en dirons pas plus sur la notion de temps. Passé, présent et futur sont des notions qui ont été abordées sensoriellement en 3-6 par rapport à des événements de la vie de l'enfant mais c'est tout.
Nous dirons simplement à l'enfant: "Tu vois, un verbe, c'est un mot qui est capable d'avoir des formes très différentes en fonction de la personne qui fait l'action et du moment où se passe cette action. Alors, pour pouvoir savoir de quel verbe on parle, on utilise une forme particulière du verbe. Dans toutes les phrases, tu m'as dit qu'on faisait l'action de manger. Eh bien "manger", c'est la forme du verbe dont on se sert pour en parler et aussi pour le ranger dans le dictionnaire. Quand je vois "mange", "mangerons" ou "mangeait", je vois des formes différentes du même verbe, le verbe "manger"."

A ce moment, on peut sortir une ou deux phrases supplémentaires avec des verbes différents. Par exemple: "Les enfants courent dans le jardin" et "Le jardinier coupe des roses". L'enfant va trouver les verbes et dire de quelle action il s'agit. Nous dirons: "courir" et "couper" sont les formes dont nous servons pour parler des ces 2 verbes. "Manger", "courir" et "couper" sont à l'infinitif. C'est la forme qui sert à parler des verbes et à les classer."

Pour l'instant, inutile d'en dire plus sur le mode infinitif. Pour nous adultes, c'est intéressant de savoir que l'infinitif est la forme nominale d'un verbe. C'est-à-dire la forme qui permet de l'employer comme un nom. C'est ce que nous faisons quand nous utilisons un infinitif comme sujet, COD ou complément du nom dans des expressions comme: "Fumer tue", "Il veut manger", "Défense d'entrer".
Nous pourrons préciser à l'enfant que l'infinitif sert à utiliser un verbe comme un nom lorsque nous lui montrerons des infinitifs sujets ou compléments.
Sachant cela, en tout cas, on comprend mieux pourquoi c'est cette forme et non une autre qui nous sert de référence et que l'on classe par conséquent dans le dictionnaire.


Si l'enfant a eu de la difficulté à passer de la forme conjuguée à l'infinitif pendant cette présentation, il pourra être judicieux de lui proposer un exercice où il devra trouver l'infinitif du verbe de chaque phrase. Dans une classe, on peut prévoir un exercice auto-correctif, en IEF ou si la difficulté concerne peu d'élèves, il suffira de reprendre des phrases de symboles de natures de mots  précédemment faites et de faire trouver l'infinitif de chaque verbe sur une dizaine d'entre elles. (A noter, dans cet exercice, on n'utilise pour l'instant que des verbes d'action, surtout pas le verbe être.)

Si tout c'est bien passé, nous passerons à l'étape suivante le lendemain.
Nous rappellerons avec le ou les enfants que nous avons découvert que nous nous servons d'une forme particulière du verbe pour en parler: l'infinitif. Puis nous indiquerons aux enfants que nous avons amené plein de verbes à l'infinitif et montrerons alors des étiquettes de l'exercice du tri de verbes.


Laissons le temps aux enfants de les découvrir. Puis nous leur demandons: "Est-ce qu'ils se terminent tous de la même manière?" Et les enfants vont lister ce qu'ils vont voir. Certainement "-er", "-ir", "-oir" peut-être vont-il voir "-re" ou "-dre".
La simple observation de la finale des infinitifs n'est pas suffisante pour que l'enfant construise tout seul la règle du classement par groupes. Notamment, il n'a pas le moyen de deviner qu'il y a 2 types de verbes en "-ir", encore moins de les différencier.
C'est donc à nous de donner cette règle, une fois que l'attention de l'enfant a été focalisée par nous sur  les terminaisons des infinitifs.

Nous allons nous servir du matériel pour l'apprentissage des groupes de verbes qui se compose de cartons à associer pour recomposer le tableau des groupes.
Nous commençons par dire à l'enfant que les verbes ont été classés en 3 groupes et alignons les 3 étiquettes: 1er groupe, 2ème groupe et 3ème groupe. La 3ème étant beaucoup plus large, on se doute qu'il y aura plusieurs terminaisons dans ce groupe.
Puis nous expliquons: "Dans le premier groupe, nous mettons les verbes qui se terminent par -er" et nous posons la carte "-er" en dessous.
Puis :"Dans le 2ème groupe, nous mettons les verbes en "-ir", mais pas tous. Il faut vérifier que lorsque nous disons "nous" au présent, nous entendons "-issons". Par exemple, "grandir", au présent, je dis "nous grandissons", donc il est du 2ème groupe. Par contre, pour "courir", je dis "nous courons". je n'entends pas "-issons", donc il n'est pas du 2ème groupe." Et nous plaçons la carte "-ir/ nous ....-issons" sous la carte du 2ème groupe.
Pour terminer, nous indiquons à l'enfant que toutes les autres terminaisons, c'est-à-dire les verbes "-ir" qui ne fons pas "-issons" au présent, les verbes en "-oir"et les verbes en -re appartiennent au 3ème groupe.
Nous avons donc le tableau complet:


Nous montrons aux enfants qu'il est auto-correctif.


Et nous leur demandons d'essayer de le refaire dans la foulée.
Puis, nous prenons la petite pincée de verbes que nous avons sortie et, ensemble, nous les classons sous leur colonne pour vérifier qu'ils ont bien compris.

Dans les jours qui suivent, les enfants reprennent le matériel pour bien mémoriser les groupes, puis nous pouvons leur montrer l'exercice de tri complet.
Dans la version que je vous présente, il comporte une première partie dans laquelle l'enfant commence par reconstituer le tableau, en plus petit, avant de classer, puis il classe les infinitifs. Cela donne cela:


 Il y a volontairement plus de verbes du 1er groupe. A l'issue de la présentation, on pourra dire aux enfants qu'il y a beaucoup de verbes du 1er groupe et que ce groupe est encore "vivant": quand on a besoin de créer de nouveaux verbes, on les crée du premier groupe, comme "cliquer", "téléphoner", "surfer"... Les verbes du 3ème groupe sont des verbes anciens mais très courants et aussi souvent très irréguliers.
Pour l'auto-correction, les enfants utilisent la fiche.



Pour automatiser le travail et aller progressivement dans l'écrit, on pourra proposer un exercice sur une fiche plastifiée et dans lequel l'enfant écrira au stylo effaçable le groupe de chaque verbe avant de vérifier puis d'effacer ses réponses.


On pourra également proposer quelques exercices à faire directement dans le cahier: recopier l'infinitif et indiquer le groupe. j'avais préparé un série de 4 petits exercices sur fiches avec une fiche pour chaque exercice et une fiche pour chaque correction.


Les fiches des 4 exercices (à découper)...
... et les fiches de correction.

Un enfant ne va pas nécessairement faire tous ces exercices. Ce sera à nous de voir quel est son besoin. D'autant que nous allons travailler la reconnaissance de groupe pour travailler la conjugaison en elle-même. Il sera également utile de ne pas vouloir tout faire d'un coup, mais peut-être de se garder sous le coude les exercices écrits ou sur fiche avec feutre effaçable pour plus tard. Parfois, au retour des vacances l'année qui suit, les enfants ont un peu oublié. Travailler sur ces fiches permet de ré-actualiser les connaissances en changeant le support, tout en restant dans le schéma de type Montessori. Dans un contexte d'école de type classique, les fiches effaçables seront bien utiles dans  une classe où la leçon est censée avoir été vue et pourra servir de ré-activation en atelier autonome.

Il est relativement facile de fabriquer soi-même ce matériel. Je vous propose néanmoins de partager celui que j'ai fait moi-même. Je vous demanderai juste de ne pas le faire circuler mais de donner l'adresse de ce blog. De même, j'aimerai que, si vous téléchargez un ou plusieurs documents, vous me laissiez un petit commentaire pour me dire comment vous aller l'utiliser (pour vos enfants en IEF ou en aide aux devoirs, pour votre classe, de quel niveau...). Je constate en effet que le blog est de plus en plus lu mais que beaucoup d'entre vous passent incognito. N'hésitez pas à laisser trace de votre passage, ça fait toujours plaisir!

Vous trouverez ici le fichier pour le tableau des groupes.
Avec ce lien, vous accédez au tri de groupes. Vous pouvez soit imprimer 2 fois la première page, une fois sur feuille normale, une fois sur feuille épaisse puis plastifier et découper les billets qui seront tous de la même couleur. Les pages 2 et 3 sont là si vous voulez avoir les billets d'une couleur et les têtes de colonne d'une autre couleur.
Enfin, ce dernier lien vous donne accès aux fiches à plastifier sur lesquels les enfants utilisent un feutre effaçable. Pour la 1ère fiche, il faut fabriquer des petits billets que l'enfant replace dans le tableau. Dans la 2ème fiche, il écrit lui-même.

Bonne fabrication et à bientôt pour la prochaine étape!

14 commentaires:

  1. Merci infiniment pour tout ce partage, qui arrive à point nommé pour moi (IEF avec 5 enfants; enfin 2 en 6-9, 1 en 3-6 et 2 petits).
    J'ai déjà une grande partie de ce matériel, mais je peine à l'utiliser (malgré ma formation). Ici, le français "Montessori" passe mal (ils en ont marre des tris, notamment).
    Te lire me remet les choses en tête et me motive à nouveau.
    Le forum montessori me manque pour cela... Ton blog en est d'autant plus précieux !

    Un immense merci !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En 6-9 ans, passé un certain âge, j'ai également constaté que les tris pouvaient être rébarbatifs. Il est important de ne pas en abuser et de veiller à ce que la manipulation d'étiquettes ne prennent pas toute l'énergie. La taille et l'épaisseur seront cruciales.
      Je ne pense pas non plus qu'il faille demander trop de répétitions à un enfant, surtout s'il a compris. De plus, j'ai constaté à l'école que les tris passaient mieux s'ils étaient utilisés à 2 enfants. Tu peux essayer à la maison.
      Le tri n'est souvent que la phase d'observation qui permet de trouver la règle. C'est donc important d'y passer dès que l'on sent que l'enfant a fait le tour du tri puis de passer à un autre type d'exercice.

      Supprimer
  2. Merci pour ce partage et ces explications! Je reviendrai relire tout ceci prochainement pour ma puce qui avance à pas de géants dans la lecture et la découverte de la grammaire en ce moment. J'avoue que la voir évoluer m'émeut énormément. Elle a appris à lire cet hiver malgré les traitements, la fatigue dues à la maladie, et ce, de sa propre initiative. Elle a une volonté de fer et une force incroyable. Dans les épreuves de la vie, le bonheur d'être témoin de ses apprentissages spontanés s'en trouve décuplé. ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Contente d'avoir de tes nouvelles sicisico et de voir que la maladie n'a pas réussi à prendre le pas sur l'élan vital de ta fille.
      N'hésite pas si tu as des questions. je ne vais quasi plus sur le forum, mais le blog est là ;-)

      Supprimer
    2. Merci! Je vais également pratiquement plus sur le forum, mais je suis vraiment contente de pouvoir continuer à te suivre ici. ;) Ton soutien a été inestimable à mes débuts.

      Supprimer
  3. Merci pour ce développement, comme Mathilde (d'ailleurs, coucou au passage !!) je suis remotivée en te lisant, et je pense qu'il me manquait une partie importante de la présentation sur l'infinitif. Je vais du coup reprendre ça beaucoup mieux maintenant, merci, merci, merci !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai un peu repris à ma manière la présentation de l'infinitif en la rendant plus claire que le souvenir que j'en avais gardé en formation. J'ai fonctionné ainsi avec Clémence puis à l'école et ça marchait bien.

      Supprimer
  4. Un grand merci pour cet article qui tombe à point nommé car je viens de préparer ma séance "normale éducation nationale" et j'étais en train de réfléchir aux ateliers à mettre en place par la suite. Encore merci pour ce partage

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De rien pour le partage ecam ecam. Toi aussi tu partages abondamment ce que tu fais pour ta classe.

      Supprimer
  5. Merci pour cette piqure de rappel, ma fille avait bien aimé le tri l'an passé mais étant scolarisée et trop en avance j'avais arrêté là... je pourrais maintenant lui reproposer cale avec les petits exercices et j'ai hate de lire la suite!

    RépondreSupprimer
  6. Merci beaucoup pour ce partage. Je vous suis depuis très longtemps à travers ce blog et celui consacré aux 3-6, et j'apprécie tout particulièrement la clarté de vos explications qui complètent si bien ma formation à la Source..
    Au plaisir de continuer à vous lire. Melanie

    RépondreSupprimer
  7. Je vous remercie du fond du coeur pour votre série sur la conjugaison, bien utile quand on a suivi une formation 6-12 ans un peu approximative...
    Je vais me servir de ce matériel avec mes filles de 7 et 9 ans en IEF. Je suis une amie d'une maman du réseau IEF de Lyon, mais j'habite en région grenobloise. Au plaisir de se rencontrer un jour peut-être !

    RépondreSupprimer
  8. MErci BEAUCOUP Marie-Hélène pour cette générosité de partage. J'adore te relire. c'est limpide.

    Petite question : tu ne mets pas de gommettes derrière les verbes pour faciliter la correction car le principe de chercher le verbe dans la liste est plus formateur ? Avec mes CE1 de ZEP il y a 2 ans, c'était trop fastidieux de chercher les mots dans une liste longue et mélangée par rapport à sa propre liste et je me demandais si la correction immédiate avec gommettes n'est pas plus profitable. Qu'en penses-tu ?
    Pour ma part j'utilise tes ressources lors de mes ateliers pédagogiques(ma très petite entreprise) Et la rentrée prochaine quand je reprendrai du service à l'EN si j'ai des grands... affaire à suivre. En attendant tjs et encore MERCI.


    RépondreSupprimer
  9. Merci Marie-Hélène, après s'être régalés en maths, mon fils et moi essayons de reprendre la conjugaison. Quand on est dysgraphique, pas facile de passer par les révisions de français ... du coup, vos fiches sont parfaites, elles demandent des manipulations mais presque pas d'écrit. Et puis je n'ai pas encore fait le stage de français ... donc votre partage m'aide énormément !

    RépondreSupprimer