mardi 23 mai 2017

D'un esprit à l'autre


Suite à mon précédent article, voici une petite anecdote toute récente qui illustre bien la différence entre 3-6 et 6-12.
Pauline, en ce moment, est à fond dans les cubes. Après avoir élevé une série de binômes au cube à l'aide du matériel spécifique 6-12, nous avons re-sorti le binôme du matériel sensoriel pour trouver la formule algébrique de l'élévation au cube.
Comme j'avais dû extraire le cube d'une cagette de rangement qui se trouvait en bas d'une pile, j'en ai profité pour sortir aussi le trinôme qui nous servira bientôt. Pauline l'a vu et a demandé à le reprendre.

Pendant qu'elle le fait, nous discutons et je lui rappelle que ce matériel était son grand amour quand elle avait 3ans et demi/4 ans et que, justement, en cherchant des photos pour illustrer mon dernier billet sur le blog 3-6, j'étais tombée sur une série de vidéos de cette période où elle fabriquait le trinôme en tranches verticales, hors de la boite.
Toute émoustillée, Pauline veut refaire également cet exercice.

Je la laisse faire et je la vois qui s'absorbe dans son exercice, réfléchissant où placer les cubes, calculant quel type de morceau était nécessaire...
Au bout d'un moment, elle finit par me dire: "Je devais être plus intelligente à 4 ans parce que je faisais ça très facilement et maintenant, je trouve cela plus difficile..."



Je dois préciser que Pauline n'a pas revu les vidéos, mais elle garde de cet exercice le souvenir de quelque chose de fluide. Dans sa reprise du trinôme, elle n'a pas eu de difficulté, mais elle a pris le temps de réfléchir.
Entre ses 4 ans et ses actuels 10 ans, elle a changé de plan de développement, elle ne fait plus l'exercice de la même manière. C'est d'ailleurs ce que je lui ai expliqué: "C'est vrai que tu vas un peu plus lentement, c'est un peu parce ce que tu n'as plus manipulé le matériel depuis très longtemps. Mais c'est surtout que tu le fais en réfléchissant, en calculant la place de chaque pièce. Tu comprends ce que tu fais. Quand tu avais 4 ans, tu le faisais en t'étant complètement imprégné de ce cube que tu manipulais tous les jours ou presque. Tu le faisais avec tous tes sens, naturellement, sans réfléchir,  maintenant, tu le fais avec ta tête."

A 4 ans, elle remontait ce cube avec son esprit absorbant qui était déjà en train de construire des tas de choses de géométrie et de mathématiques, mais de manière inconsciente. Maintenant, elle le fait avec son esprit comprenant, en cherchant consciemment à produire un certain résultat.
Mais ce qui est sûr, c'est que dans un cas comme dans l'autre, la joie était au rendez-vous à la fin!

dimanche 7 mai 2017

En classe avec les 6-12 ans I: les spécificités des 6-12

A 6 ans, la perte de la première dent...

Suite à plusieurs demandes d'enseignants du primaire en système classique, je voudrais commencer une nouvelle série d'articles sur l'enfant de 6-12 ans et la classe 6-12,  avant de continuer à partager sur le matériel.
En effet, avec l'engouement pour la pédagogie Montessori et la grande visibilité du travail de Céline Alvarez sur le net, beaucoup de personnes se contentent de transposer la pédagogie 3-6 ans au primaire, voire au collège et se trouvent en difficulté.
Car si la pédagogie 3-6 ans marche si bien, c'est qu'elle est parfaitement adaptée aux besoins des 3-6 ans. Mais après 6 ans, l'enfant entre dans un autre plan de développement: ses besoins changent, la pédagogie aussi.
On entend souvent des gens dire "La pédagogie Montessori, c'est très bien en maternelle, au primaire, ce n'est plus adapté."
La plupart des personnes qui s'expriment ainsi parlent sans connaître cette pédagogie et surtout guidées par cette idée que "la liberté, c'est bien, mais il va falloir qu'ils apprennent les règles et qu'ils suivent le programme!" Pourtant elles n'ont pas absolument tort: vouloir continuer en 6-12 en faisant la même chose qu'en 3-6 n'est pas adapté à l'enfant.