mardi 13 septembre 2016

Apprentissage de la conjugaison I : la progression générale

Comme promis lors de mon dernier billet, voici un premier article consacré à l'apprentissage du français en 6-12. Ça faisait très longtemps que je n'avais pas abordé ce sujet sur le blog...
La conjugaison étant un vaste sujet, ce billet se veut une sorte de sommaire de la progression. Je reviendrai détailler les matériels évoqués dans d'autres billets.

En fin de 3-6 ans, lors de la finalisation de l'apprentissage de la lecture, nous avons mis l'enfant en contact avec la conjugaison avec le matériel des verbes rouges.
La finalité de ce matériel est bien d'être une aide à la lecture: lire correctement à les terminaisons verbales est un point important de l'apprentissage de la lecture (et souvent pas correctement maîtrisé au collège quand il a été négligé, les enfants lisant les finales de 3ème personne de pluriel en faisant sonner "an" le -ent...).
En plus de cela, il permet une première imprégnation de la conjugaison en apportant:
- la liste des pronoms personnels dans le bon ordre avec le sens de chacun
- un raccrochage des formes utilisées par l'enfant à la notion de temps verbal
- une première sensibilisation à la notion de terminaison

Pour vous rappeler comment ces points sont mis en place avec ce matériel, vous pouvez consulter le billet qui lui est consacré sur le blog 3-6 ans.

Par la suite, l'objectif est que l'enfant maîtrise la conjugaison. Cela suppose:
- la capacité d'écrire correctement la terminaison qui convient en fonction du sujet
- la capacité de trouver la bonne forme verbale
- la compréhension de la valeur des temps puis des modes à la fois pour comprendre ce que l'on lit et pour choisir correctement sa forme verbale quand on écrit (notamment le fameux choix imparfait/passé simple dans l'écriture du récit au passé, au programme entre le CM et la fin du collège)
- la capacité à identifier le temps et le mode d'un verbe conjugué, notamment pour l'orthographier correctement.

Pour arriver à cette maîtrise, nous devrons passer par plusieurs étapes.

La première constitue une base indispensable sans laquelle il est difficile de progresser.
D'abord, puisque les règles de conjugaison diffèrent d'un groupe à l'autre, il faut que l'enfant commence par savoir identifier le groupe d'un verbe grâce à son infinitif. Une présentation des groupes puis des exercices de tri de verbes sont proposés. La notion de radical du verbe sera abordé à ce moment.

tris de groupes


Parallèlement, on vérifiera que l'enfant maîtrise les notions de présent, passé et futur (notions amenées sensoriellement en 3-6) et peut les reconnaître dans des formes conjuguées. Une présentation et un tri de phrases rempliront cet objectif.





Dans un 2ème temps, l'enfant aborde les 4 temps simples de l'indicatif.
Pour cela, il utilise les fiches à encoche, d'abord pour mémoriser, ensuite comme auto-correction et se constitue une banque d'exemple.



Chaque fois qu'un nouveau temps est abordé, une fiche montrant la flèche du temps permet de bien visualiser la valeur de ce temps.
Des exercices de tris permettent de voir si l'enfant reconnaît bien le temps de conjugaison d'un verbe. Un exercice de synthèse permet d'attribuer à chaque temps ses valeurs.

Dans un 3ème temps, on aborde les 4 temps composés de l'indicatif.
On commencera par découvrir le phénomène de la composition puis on travaillera sur le participe passé.
Ensuite, la progression sera la même que pour les temps simples. On travaillera d'abord les verbes qui utilisent l'auxiliaire avoir puis ceux qui se conjuguent avec être.

Dans un 4ème temps, on aborde les autres modes.
Pour commencer, la notion de mode est introduite et travaillée à l'aide d'exercice de tris, puis la conjugaison est étudiée à l'aide des fiches à encoches.
Quand tous les modes sont travaillés, l'enfant peut s'exercer avec l'exercice des 7 grands verbes, exercice assez proche des petits verbes rouges dans sa conception. Sinon on peut proposer des tris.
3 des 7 grands verbes...


Voix passive et verbes pronominaux sont abordés en fonction des besoins, soit après avoir vu les modes, soit une fois que les temps composés avec être ont été vus.

Un certain nombre de notions sont renforcées par l'étude de la grammaire. Ainsi, l'infinitif et sa valeur sont observés dans des phrases avec des COD sous forme d'infinitif ("il veut jouer"), la règle orthographique de l'accord du participe passé renforce l'apprentissage des temps composés...

A bientôt pour le détail de ces matériels!


10 commentaires:

  1. Merci pour cette belle progression très claire!

    RépondreSupprimer
  2. Merci infiniment pour tous ces nouveaux articles, c'est très éclairant.

    RépondreSupprimer
  3. Un grand merci à vous de vos commentaires! Ça me motive pour continuer!

    RépondreSupprimer
  4. MERCIIIIIII !!! Je vais reprendre avec Mon Grand car c'est ce qui pèche ici pour lui à l'écrit et on avait laissé tomber le matériel depuis plus d'un an... Tu me remotives pour m'y remettre et commencer avec mon Moyen !!!

    RépondreSupprimer
  5. Bonjour! Je me demandais à quel moment vous présentiez les affiches explicatives des temps simples? Il me semblait que c'était après la présentation du tri des verbes en différents groupes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Mélanie,
      Comme je l'explique dans la 4ème partie sur la conjugaison ( http://montessori6-12ans.blogspot.fr/2016/11/conjugaison-iv-les-temps-simples-de.html?showComment=1478885786852 ), je ne présente pas les affiches juste après le tri des groupes car je trouve que la distinction imparfait/passé simple est subtile et nécessite que l'enfant ait encore un peu mûri par rapport au moment où on commence la conjugaison (6 ans). Quand je présentais les affiches tout de suite, je trouvais que les enfants analysaient trop au hasard la distinction imparfait/passé simple et il était difficile de les amener à trouver les moyens de progresser. En retardant un peu la présentation des affiches, et surtout en ne présentant pas les 4 en même temps, mais par opposition présent/futur puis imparfait/passé simple, j'ai constaté de meilleurs résultats. (J'explique en détail la démarche sur le billet Conjugaison IV.)
      Du coup, juste après le tri de groupe, je présente un exercice de tri passé/présent/futur dont je parle dans l'article conjugaison III.

      Supprimer
  6. Bonsoir Marie-Hélène,
    Maman d'un petit garçon (de 9 ans et demi) scolarisé dans un établissement étranger (en République tchèque), j'ai pris en charge l'apprentissage du français... Je me posais une question, et j'aurais besoin de vos lumières. Il sait lire depuis ses 6 ans. Du coup, dois-je nécessairement, en préambule à l'étude de la conjugaison, passer par l'étape "verbes rouges"..
    En tout cas, merci et félicitation pour la clarté et le pédagogisme de vos articles...
    Lucile

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Lucile,
      A 9 ans et demi, le passage par les verbes rouges n'est pas forcément nécessaire. Je dirais que cela dépend de sa maîtrise du français. Maîtrise-t-il bien le français à l'oral? Conjugue-t-il sans se tromper et sans hésiter en français lorsqu'il s'exprime? A-t-il l'habitude de lire en français?
      A son âge, un passage par les verbes rouges peut s'avérer utile comme première imprégnation des formes orales et écrites (notamment pour des temps moins utilisés que le présent) avant d'arriver à la systématisation radical/terminaison opérée avec les fiches à encoches.
      Lorsque nous avions ouvert l'école, la première année, nous avions des enfants de 8 ans qui étaient parfaitement lecteurs et complètement francophones. Ils ont utilisé les verbes rouges avant les fiches à encoches. Ils ont passé peu de temps à observer les formes temps par temps mais rapidement, ils mélangeaient 2, 3 ou 4 temps pour les retrouver. C'est un exercice qui les a intéressés assez longtemps.
      A vous de voir.

      Supprimer