jeudi 16 mars 2017

Zoologie: classement des vertébrés II



Pour toutes celles (et peut-être ceux?) qui se morfondaient en attendant la fin du classement des vertébrés, voici enfin le dernier article de la série.

Rappelez-vous, la dernière fois, nous avions classé les vertébrés, nous avions mis en évidence un groupe appelé "amniotes".
Suite à une question qui m'a été posée, je précise que l'innovation des animaux de ce groupe, c'est de ne plus être dépendant de l'eau pour la conservation de leurs oeufs puisque l'embryon est à l'abri dans une membrane (amnios) pleine d'eau. Autour de l'amnios, la coquille de l'oeuf est dure (alors que les oeufs de grenouilles ou des poissons sont mous) ou alors l'amnios est bien à l'abri dans le ventre de la femelle.
Voyons maintenant la suite:

I Mammifères et Sauropsides


A. Les mammifères 


Nous allons rappeler aux enfants que parmi les amniotes, certains protègent le petit dans l'amnios à l'intérieur d'une coquille dure ou à l'intérieur du ventre de la mère.
Les enfants se rappellent généralement que nous évoquons les mammifères dont nous avons parlé avec eux en 3-6. Nous leur demandons alors quelle autre caractéristique possèdent le corps de ces animaux. Il s'agit d'arriver à la notion de mamelles qui produisent du lait pour alimenter le petit.
Nous demandons ensuite de quoi est couvert le corps de ces animaux et ce qu'on voit sur leur tête. Nous ferons émerger le fait que ces animaux sont couverts de poils et qu'ils ont des oreilles bien visibles sur la tête: des oreilles en pavillon.
Bien sûr, pour les mammifères marins, les poils ont disparu ou sont rares car inutiles, de même pour les pavillons. Mais on rappellera que ce qui compte, c'est que les ancêtres directs de l'animal aient les caractéristiques. Or les ancêtres de dauphins, par exemple, étaient des petits mammifères ressemblant à des chiens...

Si le travail sur les histoires d'animaux a été bien fait, les enfants isoleront facilement la famille des mammifères.(de mamma: la mamelle et fero: porter )



Comme les enfants connaissent déjà ce groupe, nous mettons tout de suite l'étiquette "mammifères" avec les caractéristiques: mammelles, poils, oreilles en pavillon.



B. Les sauropsides


Il reste maintenant des étiquettes d'amniotes n'étant pas des mammifères (tortue, lézard, mésange, couleuvre, autruche, crocodile...).
Nous demandons aux enfants d'observer ces amniotes et de trouver ce qu'ils ont en commun, car ils font tous partie d'un même groupe. Pour les aider, focalisez leur attention sur leur corps.
Au bout d'un moment, ils finirons par trouver qu'ils ont tous des écailles sur le corps. Pour les oiseaux  les écailles ne subsistent qu'au niveau des pattes, il faudra donc aider les enfants à focaliser leur attention sur cette partie du corps des oiseaux. Si les enfants ont l'habitude de côtoyer des poules cela viendra plus rapidement. Sinon, il faudra être attentif lorsqu'on fait les récits d'animaux en 3-6 ou en début de 6-12 à bien mentionner les écailles sur les pattes et pas seulement les plumes.

Nous nous servirons donc du critères "écailles" pour classer ces animaux.
Nous leur dirons que ce groupe s'appelle les sauropsides, dans lequel on retrouve le mot grec sauros: le lézard (et apsis la liasion mais j'ai eu beau chercher, je ne comprends pas vraiment la présence du mot "liaison" dans le nom de ce groupe, donc rester sur le seul lézard suffira.)

A droite, les mammifères, à gauche, les sauropsides.


Note pour les adultes: le véritable critère de classification des sauropsides est la présence d'une quille sous les vertèbres cervicales. J'ai choisi de ne pas évoquer ce critère lors de cet exercice car il ne parle pas aux enfants qui ne peuvent pas le voir.
Les écailles en elles-mêmes ne sont pas suffisantes comme critère de classification. Les poissons aussi en ont. Mais si les écailles sont une caractéristique d'un amniote, alors cela est suffisant pour que l'animal soit un sauropside.
En effet, si nous avons un vertébré à écailles, cela peut-être un poisson ou un sauropside, mais si nous savons que ce vertébré est aussi un amniote, alors c'est bien un sauropside et pas autre chose.
Si l'on veut être plus précis, on peut ajouter que ces écailles sont soudées, ce qui est une caractéristique propre aux sauropsides, pour le coup.

Dans son livre "Comprendre et enseigner la classification du vivant", Guillaume Lecointre fait disparaître ce groupe mais trouve intéressant de le faire apparaître aux enfants.
A un moment ou à un autre, ils pourront peut-être arriver à voir qu'à la préhistoire, il y avait 2 grandes familles d'amniotes:
- Les sauropsides qui comprenaient entre autres les dinosaures (au sens phylogénétique). Les descendants actuels des dinosaures sont les oiseaux. Les autres sauropsides ont donné naissance aux animaux autrefois classés dans le groupe des reptiles.
- Les synapsides qui comprenaient des animaux comme le dimétrodon et qui ont donné naissance aux reptiles mammaliens puis aux mammifères. Les mammifères sont les seuls synapsides encore vivants, c'est pourquoi dans cet exercice de classification, on n'emploiera pas ce terme puisque nous ne classons que des espèces actuelles.

II Classement des sauropsides

Maintenant que nous avons obtenu le groupe des sauropsides, il est temps d'effectuer un dernier classement en 4 groupes.

Commençons par demander aux enfants quels animaux ils mettraient ensemble et pourquoi. Il y a toutes les chances pour qu'ils mettent ensemble les oiseaux qui se différencient fortement des autres par leur plumes, leur bec et leurs membres antérieurs en forme d'ailes. Bec, plumes et ailes seront donc les caractéristiques du groupe des oiseaux.


Il nous reste maintenant le lézard, la couleuvre, la vipère, le crocodile et la tortue.
Si nous ne guidons pas les enfants, ils vont mettre les serpents ensemble mais ce n'est pas ce que nous attendons.

Nous allons donc leur demander de nous dire comment sont les écailles de ces animaux en commençant par la tortue. Nous ferons émerger avec eux que ces animaux ont de très grosses écailles soudées qui forment une carapace dorsale et une carapace ventrale. Nous ajouterons que la carapace ventrale s'est ossifiée.
Nous demanderons aux enfants si un autre animal de notre collection possède ces caractéristiques. Comme il n'y en a pas, nous placerons donc la tortue seule sous l'étiquette de critère "carapace dorsale ossifiée". Nous indiquerons que ce groupe s'appelle chéloniens (du grec chelon: la tortue).

Prenons maintenant le crocodile: comment sont ses écailles? Les enfants se rappellent généralement notre histoire d'animaux: le crocodile dont les écailles sont tellement épaisses et solides que les balles des fusils des explorateurs rebondissaient dessus. Nous regarderons la tête du crocodile et ferons émerger que celle-ci est très allongée avec de longues mâchoires.  
Nous demandons aux enfants si les 3 autres animaux ont les mêmes caractéristiques.
Nous aurons donc le crocodile seul dans son groupe dont le nom est transparent puisqu'il s'agit des crocodiliens. L'étiquette de critère indique: "écailles très épaisses, tête allongée".

Nous terminerons avec les 3 derniers animaux en indiquant aux enfants qu'ils appartiennent au même groupe. Contrairement au crocodiles, leurs écailles sont plutôt souples et fines et ce sont des animaux qui muent, ce qui expliquent leur nom: les squamates (du latin squama: écailles, pellicule).
Nous ajouterons que les mâchoires des animaux de ce groupes ont la capacité de se désarticuler pour s'ouvrir très largement. C'est ainsi que les serpents peuvent avaler de très grosses proies alors qu'ils ne mâchent pas. Notre étiquette de critères portera la mention "mâchoires qui s'ouvre très largement".
Nous aurons donc fini notre classement de sauropsides.

zoom sur nos 3 dernières catégories
 Et voilà la vue de notre classement des sauropsides en 4 familles: chéloniens, squamates, crocodiliens et oiseaux.


Les enfants vont donc pouvoir classer la totalités des vertébrés et même essayer de refaire le classement entier de tous les animaux en mélangeant les 2 boites.

Ensuite, nous pourrons présenter le tableau de classification, encore un peu plus détaillé, mais ce sera l'objet d'un autre billet pour plus tard, lorsque j'aurai pu faire la synthèse avec des idées nouvelles de mon amie Clémence.



Patience donc, mais il y a déjà de quoi faire! Si les enfants sont déjà capable de reconstruire toute l'arborescence proposée ici, c'est plus que ce qu'on montre aux enfants de 6ème!

Pour celles et ceux qui prendraient ce billet en cours de route, je rappelle que le début du travail de classification est dans ce billet, continue dans ce second billet avant d'aborder les vertébrés dans ce 3ème billet.



3 commentaires:

  1. Merciiii !!! Il va falloir que je potasse à tête reposée, mais merci !!!

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour, merci beaucoup pour tout ce travail qui me sera encore une fois très utile.

    RépondreSupprimer
  3. Merci beaucoup pour ce travail !
    Je vais m'y atteler dès que j'ai un moment.
    Sarah

    RépondreSupprimer